Rando des Archéos rigolos

Furcherien marvailhoù. Menhir ou cachette de korrigan ? Tourbière ou porte des enfers ? Entre mythe et réalité, la frontière est parfois mince ! Venez découvrir l’Histoire des Monts d’Arrée, celle que la terre et la pierre (et Yann) ont à vous raconter...

3 km. Départ à 14 h 30 de l’ancienne école de Botmeur. Gâteaux et boisson au retour. Contes à couvert en cas d’intempéries. Durée rando : env. 2 h. Enfants à partir de 6 ans. Tarif : 7 € Tarif réduit : 6 € (à partir de 4 personnes)

Dates 2018. Lundi 30 avril – Mardi 7 (COMPLET), 14 et 21 août. Réserver

Une nouvelle rando aussi originale que les autres...



Radio Bleu Breizh Izel

L’aventure des 80 bottes...

Article + radio + vidéo ! Voici un article jumelé avec une émission de Radio Bleu Breizh Izel diffusée au cours du mois d’août 2018. Merci à Aurélie Laguin pour ces beaux récits pour l’oreille et pour la vue.

Direction Botmeur, ce village en contrebas de la route entre Pleyben et Morlaix. Au loin, la chapelle St Michel de Brasparts avec une quarantaine de promeneurs, 80 bottes. La moitié (des bottés) a moins de 10 ans. Le chef de bande est Yann Foury, animateur de l’association , il captive son auditoire dès les premiers pas. Il organise une chasse au trésor remplie de contes et d’explications sur le patrimoine et la nature.

La rando est pleine : Valérie famille d’accueil de Plouescat sur la côte nord a fait trois quarts d’heure de route pour venir avec Tallia et Brian, convaincue que la chasse au trésor va les faire marcher. Et ça fonctionne, même sous la bruine, même avec les passages sur planche un peu mouillés. Rando des "archéos rigolos" où les enfants recherchent des tessons de poterie, découvrent les ruines du manoir de Botmeur... Et écoutent pendant un quart d’heure sans un mot l’histoire de Mathias et la reine des korrigans, à voir et écouter en vidéo.

Des Korrigans ? Oui il y en a, et des Poulpics aussi, plus ombrageux, "ils font des mauvaises blagues en général", affirme Michèle, une connaisseuse. C’est l’animateur du matin qui a appris à Arthur et sa sœur, venus de Limoges à les débusquer. Il faut jouer de la musique, de la flûte en l’occurence. Et comment les reconnaît-on ? Le Poulpic "ressemble à Maître Yoda, en plus petit, fripé avec des oreilles d’elfe". Résultat, Arthur écoute avec plaisir et retient. Pourtant, au début "je râle". Pas facile de marcher.

Et c’est en marchant que Yann Foury réalise le mieux son travail : "Symboliquement, entrer dans la forêt, c’est quelque chose de fort. _On est déjà prêt à croire..._"

Vidéo.



Une redécouverte des landes de l’Arrée

Qu’elles soient le fruit des éléments sur le littoral, ou qu’elles aient été artificiellement sculptées par l’agriculture, les landes racontent beaucoup de ce qu’était la Bretagne au fil des époques.

Les landes bretonnes étaient autrefois un milieu que se partageaient les hommes entre eux, et avec de nombreuses espèces animales et végétales spécifiques. Les hommes exploitaient au maximum ce que la nature leur offrait, telle qu’elle était. Ils “cohabitaient” avec elle, profitant de tout ce qu’elle pouvait offrir. De nombreux contes et légendes sont attachés à ces territoires, les landes sont des lieux propices aux phénomènes étranges...

En une génération

  En une génération ou deux, la connaissance sensorielle de la nature a quasiment disparu : les enfants ne parcourent plus des km à pied pour aller à l’école, ne passent plus des journées entières à garder les vaches dans les landes et les prés, les adultes n’ont plus besoin de connaitre ses variations pour adapter sa façon de l’exploiter car beaucoup de bretons vivaient quasiment en autarcie.

Une distance s’est immiscée entre nous et la nature, comme si nous n’en étions plus des éléments constitutifs. La modeste ambition de nos randonnées est, en jumelant sensibilisation à l’environnement et enrichissement de l’imaginaire, de faire retrouver aux enfants une petite parcelle des merveilleuses richesses de la nature dans les monts d’Arrée et les amener, ainsi que les adultes, à réfléchir sur la nécessité de préserver ce patrimoine unique.